Accueil

3

Lauteur à succès des années 50

Pendant l’Occupation, Marcel et Juliette Achard ont l’intelligence de se faire plus ou moins oublier. Ils ne participent ni à la Collaboration ni à la Résistance. En 1942, seront affichées les deux seules pièces d’Achard écrites lors des années noires: Mademoiselle de Panama et Colinette. Elles furent jouées devant des salles pleines et enthousiastes, aux Théâtres des Mathurins et de l’Athénée.

En dépit de cette discrétion, les jaloux ne pardonnent pas les succès d’avant-guerre et, à la Libération, Marcel Achard est déféré devant le Comité d’Épuration des Gens de Lettres pour avoir participé en tant que dialoguiste aux films de Marc Allégret, L’Arlésienne (1941) et Les Petites du Quai aux Fleurs ( 1943).

Si Achard ne s’est fait que peu jouer pendant les années 1940-1945, il a engrangé. Et dès septembre 1945, son nom réapparaît sur les affiches, le plus souvent au fronton du théâtre de la Michodière où il a pour interprètes le duo Printemps -Fresnay: Auprès de ma Blonde ( 1946), Savez-vous planter les choux? (1947) Le Moulin de la Galette (1951). Il a pris un délicat plaisir à donner à ses pièces des titres de chansons, comme s’il voulait souligner la légèreté de leurs propos, le bonheur d’être de ses personnages. Certes, la vie n’est pas toujours heureuse mais elle est un cadeau qu’il faut prendre comme tel.

Dans le même temps, Marcel se fait applaudir dans d’autres théâtres  En 1948 l’Athénée affiche Nous irons à Valparaiso, une chanson d’amour en quatre actes, un couplet comique, un dramatique, un pathétique et le couplet final.

En 1949, la ravissante comédienne Françoise Christophe quitte la Comédie Française pour créer, à la Comédie des Champs-Élysées, le rôle principal d’une Demoiselle de petite Vertu, entourée de quelques autres beautés libertines. L’action se passe en 1889 à la Nouvelle Orléans. L’ambiance sud américaine est suggérée par les décors et costumes du peintre Grau Sala et par la présence de trois artistes noirs, un sénégalais et deux américains. Chanteurs de blues, ils réchauffent l’atmosphère d’un théâtre non chauffé en cet hiver glacial .

Après avoir obtenu un joli succès avec la comédie musicale  La P'tite Lili, interprétée par Edith Piaf au sommet de sa gloire, Marcel Achard prend quelque temps de réflexion jusqu’au moment où il sent naître en lui le projet d’une pièce qui devrait être le pendant de Jean de la Lune: trois actes sur l’impuissance de la Haine contre trois actes sur la puissance de l’Amour. Afin d’entreprendre son travail d’écriture dans les meilleures conditions, lui et Juliette quittent Paris et s’installent dans le Var au mois de mai 1956: « Pour écrire une pièce, il me faut une terrasse ensoleillée au bord de la mer et quelques boîtes de nuit à proximité pour aller danser le soir. Je me rends au Night Club comme au bureau. C’est là que je trouve les esquisses de mes personnages. La nuit rend les gens bavards et j’ai, paraît-il, une tête qui suscite les confidences. C’est ainsi que Patate est née à Saint-Tropez. J’ai écrit la pièce au milieu d’une pléiade de Françoise Sagan et d’Anabelle ». 1

Au retour à Paris, le manuscrit est refusé par quatre directeurs, ceux de l’Athénée, des Bouffes Parisiens, d’Edouard VII et des Ambassadeurs. La directrice du Saint-Georges se laisse convaincre et propose le rôle principal à Bernard Blier auquel Marcel Achard avait pensé en écrivant la pièce. Le comédien, méprisant, refuse tout net le manuscrit. Enfin, Pierre Dux accepte de monter l’ouvrage et, faute de mieux, décide d’interpréter le personnage de Léon Rollo. Ainsi le rideau peut-il se lever le 20 janvier 1957 sur la première réplique de Patate. Un Triomphe ! On jouera la pièce 2.555 fois. La dernière représentation aura lieu le 19 septembre 1963.

Après une apothéose pareille, les belles mais simples réussites semblent bien pâles. Montée aux Bouffes Parisien, en décembre 1958, La Bagatelle (vocable aux diverses significations: payante avec le client, elle est obsédante en amourette et passionnément exclusive en grand amour) connut un joli succès. Mais, après Patate, la mariée n’est plus assez belle...

1 Mannequin qui deviendra l’épouse du peintre Bernard Buffet

Haut de page

retour suite
Table des matières