Accueil

MARCEL ACHARD
ou
Les Trompettes de la Renommée

par Geneviève Latour

Habité d’un savoir-faire diabolique, dissimulé sous une plaisante nonchalance, Marcel Achard est le maître incontesté du charme du théâtre bourgeois au XXème siècle. Alors que ses personnages paraissent manquer de profondeur, que ses intrigues semblent fragiles et contestables, il se dégage de l’ensemble de son œuvre une tendresse, une poésie, un bonheur qui entraînent le spectateur dans un climat de complicité délicieuse.
Marcel Achard adore qu’on l’aime, adore qu’on l’admire: « Ah que j’aime la célébrité, que j’aime les honneurs... de mon vivant s’entend. La postérité je n’y crois pas beaucoup. Aux applaudissements des descendants moi je préfère ceux des présents » 1.

Et son théâtre est un témoin de la joie de vivre des années insouciantes et heureuses du XXème siècle.
Tout être a son talon d’Achille. Pour Marcel Achard, cette calamité porte le nom de Théâtre d’avant garde. Les noms de Beckett, Ionesco, Adamov... lui gâchent tout espoir. Ce sont pour lui les fossoyeurs du Théâtre.

L’auteur vieillissant a oublié l’originalité de son premier triomphe Voulez-vous jouer avec môa...? En 1923, ne faisait-il pas partie des jeunes auteurs du Nouveau Théâtre d’après-guerre ?

1. Point de Vue, N° 589 25 septembre 1957

1. Un petit « gone » dans la banlieue lyonnaise

2. Un nouveau Rastignac à la conquête de Paris

3. L’auteur à succès des années 50

4. Les époux Achard

5. La gloire de l’Académie Française

6. La Facture

7. Quelques Pièces

8. Œuvres Dramatiques

9. Extrait de Jean de la Lune

sommaire des auteurs suite