Accueil

1

Une jeunesse prometteuse

Issu d’une famille béarnaise, Lucien BOUDOUSSE est né au Guatemala en 1909. Son père avait émigré quelques années auparavant en Amérique Centrale pour y fonder une maison d'import-export. Il vient en France à l'âge de trois ans avec ses parents qui s'y établissent définitivement.Il partage son enfance entre le Sud-Ouest de ses ancêtres (à Maubourguet où vivent ses grands-parents) et la capitale. Études sans histoire à Gerson, Jeanson de Sailly, Ecole Supérieure de Commerce. Mais il n'est pas tenté par l'import-export et décide de se consacrer à l'écriture. Pour vivre, il devient figurantde cinéma, régisseur d'une compagnie théâtrale Le Tremplin, nègre de dialoguistes de cinéma.

En 1936, il enterre sa vie de garçon en épousant Denise, mannequin de haute couture. Il assiste dans le même temps à la création de sa première pièce,  Don José , montée par René LEFÈVRE à Bruxelles, qui ne sera malheureusement pas reprise à Paris. L'histoire d'un très modeste employé de banque qui, jusque-là n'a connu que des amours passagères avec des midinettes. Mais dans cette âme plutôt naïve sommeille un Don Juan, malheureusement paralysé par une grande timidité.Il sera ridiculisé par un faux ami qui l'a berné en lui laissant croire qu'une jeune fille est éprise de lui. Celle-ci, bien que touchée par la candeur, la mélancolie et la sensibilité de Don José, partira néanmoins avec l'ami abuseur.

 

Le succès n’attend pas

La guerre éclate. Denise lui a donné un fils, Jean-Charles. Jean est fait prisonnier, il s'évade et se réfugie en zone libre où il écrit ses premiers scenarii de films, et une pièce, Le Dîner de Famille– ex-Peau neuve - qui, après la Libération, sera créée au théâtre de la Michodière le 1er décembre 1944. avec Michel Vitold et Gabrielle Dorziat. La comédie est très bien accueillie par la critique et connaît une carrière plus qu’ honorable. Le héros de la pièce est un garçon qui devrait avoir tout pour être heureux, mais qui vit sous la domination d'une tante tyrannique. Il partira en faisant croire que c'est avec la caisse de son patron. En réalité, il part pour s’éloigner, préférant souffrir debout que vivre à genoux.

Jean Bernard-Luc connaîtra son véritable succès deux années plus tard avec L'Amour vient en jouant qui sera créée le 22 avril 1947 au Théâtre Edouard VII par la Compagnie Claude Dauphin – et reprise en septembre de la même année au théâtre des Capucines – avec Danielle Darrieux et Claude Dauphin en tête de distribution. La pièce connaît 250 représentations au Théâtre Edouard VII. 1

En 1949, l'auteur change de registre et écrit une tragédie surprenante en un acte et deux personnages : Nuit des hommes, pièce créée au théâtre de l'Àtelier le 29 novembre 1949, avec Michel Vitold et Jacques Dumesnil. La critique reconnaît à l'auteur ses qualités de construction, de dialogue et d'originalité. « La plus belle tragédie de l’après-guerre » écrira le journaliste Yan Audouard. Tandis que l'on se bat dans les rues au soir de la Libération, le mari et l'amant de Laura se querellent, confrontent leurs douleurs respectives, puis s'inquiètent ensemble de la disparition de la femme qu’ils aiment . Qu'est-elle devenue ? En fait elle est partie avec un autre homme et ils sont morts tous les deux.

1 Cf Analyse et critiques

Haut de page

retour suite
Table des matières