Accueil

7

Un personnage officiel

Au cours des deux années qui suivent François Billetdoux n’a guère le loisir de s’adonner à l’écriture. Il a été nommé Membre du Conseil du Développement Culturel de l’O.R.T.F puis Membre du Conseil de L’Audiovisuel. Il participe, en tant qu’auteur, aux émissions de Frédéric Rossif consacrées à la vie des animaux.

En 1974, sur la demande de Jean-Pierre Miquel , assistant de Pierre Dux, François Billetdoux écrit pour l’Odéon « une partition théâtrale » : La Nostalgie, Camarade !  Reçue par le Comité en décembre 1973, la pièce sera jouée le 1er octobre 1974. «  La Nostalgie, confie Billetdoux à la journaliste du Monde, venue l’interviewer, est une habitude qui s’inscrit dans l’air du temps et la tendance actuelle est répressive, on la retrouve dans la recherche des autonomistes, des écologistes ,elle répond à une signification globale : la peur du futur, le retour au passé. c’est là qu’intervient pour nous, le personnage de Bougre Jacques qui représente le modèle très occidental du hippie, un hippie dont l’idée ne serait pas le refus mais l’approfondissement des choses ».

Il n’est pas certain qu’au soir de la répétition générale, l’ensemble du public ait été prêt à écouter un discours évangéliste sur le besoin de Fraternité, nécessité planétaire. Vers la moitié du premier acte - acte qui dure deux heures - des coups de sifflets partent du balcon, s’ensuit un brouhaha inattendu et tumultueux qui se poursuit en coulisses. Des spectateurs de l’orchestre protestent, l’un d’eux se retournant vers les perturbateurs leur crie: «  Si vous n’aimez pas cela, allez chez Dorin ». Au premier rang de corbeille, imperturbable et amusée, Françoise Dorin 19 qu’accompagne M. Rouzière, directeur du théâtre du Palais Royal sourit gentiment...

La presse du lendemain reconnaît dans son ensemble que François Billetdoux a beaucoup de talent mais qu’il est bavard, brouillon et confus. D’après Dominique Jamet :  « La Nostalgie Camarade  est une grande pièce, 3h1/4 , 14 tableaux, 50 personnages. C’est une pièce-somme. Comment faut-il l’entendre ? Un somme ou une somme ? disons qu’il y a des deux ». 20 Quant à Jean-Jacques Gautier, après un aveu inquiétant : «  Je crois qu’à l’entr'acte, pour un peu, j’aurais mordu les gens et mon fauteuil » s’interroge : « La question qui demeure posée est la suivante : cela vaut-il de supporter 3h et demi d’ennui et d’exaspération pour vingt minutes merveilleuses ? ».

Décidemment les gens du spectacle n’entendront jamais rien à la religion de Billetdoux de faire du Théâtre une recherche métaphysique permettant de « se mesurer avec l’espace, son corps, la parole... ».

19 Françoise Dorin remporte un triomphe avec Le Tournant au Théâtre de la Madeleine
20 L’Aurore Dominique Jamet 19 octobre 1974

Haut de page

retour suite
Table des matières