Accueil

2

Les débuts dans le théâtre

PAGNOL a enfin écrit sa pièce Catulle (4 actes en vers). Il en donne la lecture chez lui devant ses amis, auxquels s’est joint le rédacteur en chef de Spectator hebdomadaire rendant compte de l’activité théâtrale de la ville. C’est Paul NIVOIX, qui va bientôt jouer un grand rôle dans la vie de Marcel. Il convainc ce dernier de renoncer aux pièces en vers et lui propose d’écrire avec lui une comédie Tonton. Ce qui sera fait. Dans le désir d’être joué à Paris, Paul NIVOIX « monte » à la capitale, décidé d’y attendre son partenaire. Lequel hésite devant l’aventure. Mais le destin veillait : en juillet 1922, il est nommé à Paris, répétiteur au lycée Condorcet. Le voici dans la capitale où il retrouve NIVOIX qui lui dit qu’Henri VILBERT, comédien marseillais devenu vedette du boulevard, veut bien jouer la pièce si elle est remaniée par Louis RAINE, son frère. Qu’à cela ne tienne. Mais VILBERT renoncera au projet. La pièce sera tout de même créée en 1924 à Marseille, aux Variétés. Ce sera un four noir, 15 représentations.

À Paris, il devient professeur adjoint d’anglais et travaille, toujours avec Paul NIVOIX à une nouvelle pièce Le Héros de Paille, satire de l’exploitation par les gens de l’arrière, de l’héroïsme des combattants, qui devient Les Marchands de Gloire et est créée à la Madeleine le 15 avril 1925. La « générale » est triomphale, mais la pièce n’est jouée que treize fois.

Il rencontre alors à l’Atelier, où Charles DULLIN joue L’Occasion de Prosper MERIMÉE une jeune comédienne, Orane DEMAZIS, alors qu’il vit déjà séparé de Simone. En août 1925, il part en vacances à La Treille et écrit Phaeton, drame d’un vieux professeur de grec qui a raté sa vie. ANTOINE, qui a lu la pièce, la confie à Rodolphe DARZENS, Directeur du Théâtre des Arts (ex-théâtre des Batignolles) qui engage aussitôt Harry BAUR et Pierre BLANCHAR, mais exige que PAGNOL change le titre de la pièce. Après des discussions musclées, DARZENS propose Jazz.

PAGNOL accepte, bien que le titre n’ait rien à voir avec la pièce, mais impose Orane DEMAZIS dans le rôle de la jeune étudiante. Il accepte également, à la demande d’Harry BAUR, de couper le dernier acte. La pièce est en effet trop longue et l’acte qui montre le héros s’adonnant à la débauche fait perdre à ce dernier la sympathie du public et s’éloigne de la ligne de l’ouvrage. Entre temps, Marcel PAGNOL a quitté son poste de professeur adjoint et a été « mis en congé sans traitement ». Il n’a pas voulu démissionner pour ne pas peiner son père qui a fait tant de sacrifices afin que Marcel puisse accéder à cette fonction et qui a été si fier qu’il soit devenu professeur.

PAGNOL part s’installer Boulevard Murat, à deux pas d’Orane DEMAZIS avec laquelle l’idylle est au zénith. Il cherche à divorcer, mais Simone refuse catégoriquement. Boulevard Murat, se réunit régulièrement le quatuor : PAGNOL, ACHARD, PASSEUR, JEANSON. PAGNOL travaille depuis 4 ans à une pièce La Belle et la Bête qu’il ne parvient pas à terminer, tandis qu’il cherche dans le même temps à mettre au point un nouveau moteur à explosion.

 

Haut de page

retour suite
Table des matières