Accueil

2

Premiers contacts avec la France

Les progrès de Samuel en langue française sont spectaculaires. À la fin de l’année scolaire1926, l’étudiant obtient une bourse pour se rendre en France N’ayant pas le temps de visiter tout le pays en trois mois, il doit choisir un itinéraire et privilégie la Vallée de la Loire. Sur sa bicyclette, il parcourt le circuit des châteaux et le petit vin d’Anjou lui monte à la tête. Il est fasciné...

L’année suivante Beckett, nouveau Bachelor of Arts est reçu premier de sa promotion en langue vivante, il obtint la Grande Médaille d’Or, récompense exceptionnelle. Cette distinction lui offre le poste de recteur d’Anglais à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Cette situation inespérée aurait rendu fou de joie tout universitaire. Et pourtant, les Normaliens entendaient Sam répéter mille et mille fois répétée: « Je ne suis pas doué pour le bonheur ». Une rengaine...

Toutes les nuits en rentrant de la Coupole ou du Dôme, cet « Irlandais merveilleusement fou », 1 songe au suicide tout en jouant de la flûte de minuit jusqu’à l’aube.

Le whisky coûte cher en France; qu’à cela ne tienne, Beckett le remplace par du vin blanc.


James Joyce

Un des rêves les plus chers du jeune Irlandais. se réalise en octobre 1928  : il rencontre son célèbre compatriote James Joyce. Dès leur premier entretien, l’auteur d’ Ulysse apprécie l’intelligence et la vivacité d’esprit de son interlocuteur.

La vie de Joyce est difficile, sa femme Nora doit subir une grave opération , lui même souffre d’une infection oculaire douloureuse et le ménage manquez d’argent. Joyce a besoin d’un assistant mais n’a pas les moyens financiers de s’en offrir un. C’est pour Beckett un honneur que de l’aider bénévolement dans ses travaux. Joyce devient plus qu’un maître pour Beckett qui lui voue une admiration sans limite, le considérant comme le plus grand écrivain du siècle: « Un idéal éthique …il eut sur moi une influence morale, il m’a fait prendre conscience de l’intégrité artistique ». 2

D’assistant bénévole Beckett devient bientôt un très proche collaborateur de Joyce . Ce dernier l’encourage à signer son premier essai: ...Dante… Bruno Vico…Joyce. Dès la parution de cet ouvrage, Beckett est sollicité par des éditeurs de revues d’esthétisme en tant que poète et essayiste.


Un malentendu amoureux

La première nouvelle, Assumption, signée Samuel Beckett, évoque les sentiments d’un jeune homme d’une extrême sensibilité qui, par inhibition, ne peut prononcer aucun mot d’amour. Beckett utilise un vocabulaire et une syntaxe si recherchés que l’ouvrage en devient incompréhensible pour le lecteur moyen.

En fait Sam tente de confesser sa propre aventure amoureuse avec Lucia, la fille des Joyce.

Il est gauche, elle est timide, elle s’est éprise de lui en silence, il n’est pas indifférent, mais indécis, il préfère ignorer cet appel. En réalité Sam garde au fond de son cœur un amour caché pour une cousine germaine, la délicieuse Peggy Sinclair, retrouvée chaque été lors de leurs vacances irlandaises.

Une seconde raison retient le jeune Beckett: la crainte qu’une aventure avec Lucia ne soit cause de mécontentement de la part de Joyce. Il ne se le pardonnerait pas.

Le malentendu dure plus d’un an. Lucia s’attache chaque jour davantage. Samuel n’a ni la force d’accepter ses propres sentiments ni celle de rejeter ceux de Lucia. Le temps passe. Les deux jeunes gens ne se quittent guère. Les amis et les proches des James sont persuadés qu’une noce se prépare. Mis au pied du mur, Samuel choisit de rompre. Ce refus catégorique plonge la jeune fille dans le désespoir extrême qui entraîne chez elle un état de neurasthénie inguérissable. Joyce se sent profondément bouleversé et offensé. Sur un ton glacial, il notifie à Mr Beckett que « sa présence (n'est) plus souhaitable ». La rupture, tant appréhendée, est consommée.

Les amis de Sam, parmi lesquels Nancy Cunard 3 s’efforcent de remplacer J.Joyce auprès du désespéré. Ils l’encouragent à reprendre ses travaux d’ écriture. Beckett se plonge alors dans la rédaction d’un long poème Whoroscope, préambule à ses œuvres futures. L’ouvrage rapporte à son auteur un prix de £10 et sera vendu par souscription. Égérie de l’élite parisienne avant-gardiste, Nancy Cunard imposera le nouveau poète; sans vraiment comprendre le sens des ouvrages de son protégé, Nancy restera pour celui-ci un supporter enflammé, jusqu’en 1965, année de son propre décès.

1 Mc Greevy Life, (extrait) repris par Deirdre Bair
2 Ruby Cohn Back to Beckett (Princeton University Press 1973)
3 Figure emblématique des années folles, fille d’un richissime armateur anglais et d’une dame d’honneur de la reine Mary, directrice d’une librairie d’art et de poésie, Nancy Cunard, née en 1889, eut une liaison tumultueuse et passionnée avec Aragon, avant l’apparition d’Elsa Triolet.

Haut de page

 

retour suite
Table des matières