Accueil

3

Une comédienne très applaudie

Dès ses débuts sur la scène, Loleh Bellon fut favorablement reconnue par la critique comme ayant acquis des galons d’actrice.

De 1946 à 1976, Loleh ne cessera d’être affichée au fronton de nombreux théâtres parisiens.

En 1949, Loleh reçut le prix des Jeunes Comédiens pour son interprétation dans La Place de l’Étoile de Robert Desnos.

Pour elle, pas de chômage ! Bien souvent, lorsqu’il s’agissait d’établir une distribution, auteur et metteur en scène se mettaient d’accord sur son nom comme interprète du premier rôle féminin. La liste de ses engagements est exhaustive. Parmi les plus remarquables, on peut citer ceux de Marie Blanche dans L’Archipel Lenoir d’Armand Salacrou, Iva dans Le Joueur d’Ugo Betti, Marie Stuart dans Marie Stuart d’après Schiller, Nathalie dans Les Humiliés et les offensés d’après Dostoïevski, Carmen dans Le Balcon de Jean Genet.

Ou bien encore Judith dans Judith de Jean Giraudoux, Mara dans L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Marguerite Gautier dans La Dame aux Camélias d’après Alexandre Dumas Fils, Isabelle dans L’Illusion comique de Pierre Corneille, Tatiana dans Les Ennemis d'Arthur Adamov, et bien d’autres...

Les metteurs en scène de cinéma reconnaissaient également le talent de la comédienne. Elle tourna dans une vingtaine de films dont Point du Jour, Maître après Dieu et Le Parfum de la Dame en noir de Louis Daquin, Casque d’Or de Jacques Becker, Le Bel âge et La Morte saison des amours de Pierre Kast, Philippe d’Edouard Molinaro, ainsi que Quelque part quelqu’un et Jamais plus toujours sous la direction de sa sœur Yannick devenue une cinéaste confirmée.

Les téléspectateurs eurent aussi le plaisir de découvrir Loleh dans une dizaine d’émissions dont Les cinq dernières minutes de Claude Loursais, Quatre-vingt treize d’Alain Boudet, de Siegfried de Maurice Cravenne et des Nouvelles aventures de Vidocq de Marcel Bluwal…

Haut de page

retour suite
Table des matières