Accueil

7

Extrait

 

LES DIABLOGUES

Mariages

 

Deux : Pour se rendre célèbres, il n'y a pas à chercher plus loin. Qu'est-ce que vous en pensez ?

Un : Non, je ne crois pas.

Deux : Et puis après, nous nous séparons, et alors moi, si vous voulez, je fais le tour du monde.

Un : Oui, à cheval.

Deux : Non, pas à cheval. Je ne supporte pas le cheval.

Un : Oh ben alors.

Deux : Du reste, les chevaux ne me supportent pas non plus.

Un : Qu'est-ce que vous leur avez fait ?

Deux : Rien. On n'est pas pareils.

Un : De toute façon, le tour du monde, hein... Et puis non, vous voyez, je ne crois pas.

Deux : Bon, alors on ne se marie pas.

Un : Non.

Deux : Alors, trouvez-en un autre de moyen pour qu'on parle de nous dans les journaux !

Un : Je ne sais pas. On pourrait peut-être faire un détournement...

Deux : D'avion ?

Un : Non, un détournement de mineur, par exemple.

Deux : II n'y a plus de mineurs.

Un : Ou un détournement d'autobus. Il y a le 68 pas loin.

Deux : Je ne vois pas ce qu'on gagnerait à le faire changer de terminus. Là ou ailleurs, un terminus, c'est un terminus.

Un : Moi j'essaierais bien de traverser quelque chose en matelas pneumatique : le Massif central, par exemple.

Deux : J'ai déjà essayé. Ça ne m'a pas rendu célèbre.

Un : En tout cas, je ne veux pas me marier avec vous, ça c'est sûr.

Deux : Expliquez-moi pourquoi.

Un : D'abord on n'est pas du même sexe. Je veux dire du sexe qu'il faut l'un par rapport à l'autre.

Deux : Oui, mais on dirait qu'on ne s'en est pas aperçu. C'est ça qui intéresserait les journaux. Et alors vous, en même temps, vous seriez champion de saut à la perche, et moi je serais prince héritier d'un pays limitrophe.

Un : Vous m'aviez dit capitaine de dirigeable.

Deux : C'est trop voyant. Ils demanderaient tout de suite à me photographier au volant de mon dirigeable, il me faudrait même une petite flottille de dirigeables à leur montrer, et des dirigeables, je n'en ai pas.

Un : Ça, c'est pas un problème, parce que je vous ai dit : la cousine Paulette ne demandera pas mieux que de vous prêter le sien, de dirigeable. Simplement, faudra qu'elle le regonfle.

Deux : De quand il date, son dirigeable ?

Un : 1900... 192...

Deux : II lui pétera à la figure, son dirigeable, à la cousine Paulette.

Un : Et puis, c'est pas ça, je vous dis : non, même prince héritier d'un pays limitrophe, je ne me marie­rai pas avec vous. D'abord, vous ne me plaisez pas suffisamment...

Deux : On divorcerait tout de suite !

Un : ... et puis, vous avez beau dire tout ce que vous voudrez, ça fait équivoque.

Deux : Tout de suite, on divorce ! Et je fais le tour du monde pour vous oublier !

Un : Et alors, qu'est-ce qu'elle dira, ma femme, si on divorce, vous et moi ? Elle est contre le divorce, ma femme.

Deux : Évidemment, il vaudrait mieux que vous divorciez d'abord, elle et vous.

Un : Oui, mais elle est contre le divorce.

Deux : La mienne aussi.

Bruit d'insecte ou de vélomoteur lointain.

Deux : Qu'est-ce que c'est que ça ?

Un : C'est les moustiques.

Deux : Les moustiques ?

Un : Oui. J'ai organisé une course de moustiques sur la Seine, cet après-midi, pour faire parler de moi.

Deux : Pour faire parler qui, de vous ?

Un : Je ne sais pas.

Deux : Toujours le même problème.

Un : II y a des moments où je me demande si je ne ferais pas mieux de parler de moi-même tout seul.

Deux : Ça ne vous rapporterait rien.

Un : Ça dépend. Avec des photographies.

Deux : Vous avez une fesse plus haute que l'autre ! Et puis non : vous n'êtes pas assez intéressant pour que quelqu'un parle de vous.

Un : Si ! moi. Je parle assez bien de moi pour être intéressant.

Deux : Et si je vous tue, là, tout à coup, vous ne pensez pas que...

Un : On parlerait de moi dans les journaux ?

Deux : Oui.

Un : Si. Mais alors, là, franchement, je préfère encore me marier avec vous, et faire du saut à la perche.

Deux : Ah !

Un : Je préfère même qu'on ne parle pas du tout de moi dans les journaux.

Deux : Alors, ne vous plaignez pas si les journaux préfèrent parler d'autre chose.

Un : Ils finiront bien par parler de nous, à force de faire ce qu'on fait.

Deux : Du théâtre ?...

Un : Oui.

Deux : Pour le Gala de l'Union ? Je préférerais avoir le Nobel. Pas vous ?

Un : Si. Mais on n'est pas là pour s'amuser.

Fin

Haut de page

retour table des matières